Résorber les points de blocage pour le transport des bois

Agir pour accéder aux bois locaux à Sourroque et Arrout

Le Parc aide les communes volontaires à résorber les points de blocage pour la mobilisation des bois.

 

Massif de Sourroque

Le massif de Sourroque regroupe plus de 600 hectares de forêts communales.
Depuis 2003, leur exploitation était bloquée par la fragilité d’un pont situé à Eycheil, qui ne permettait plus le passage des camions de bois. 

Les actions menées pour résorber les points de blocage à Sourroque
Un programme d’action global a été défini avec les communes concernées, l’ONF et les services de l’État : il inclut la réfection du pont, la remise en état des routes forestières du massif et le contournement du village d’Eycheil.
La commune de Saint-Girons s’est associée au projet, puisque celui-ci permet également un meilleur accès au massif pour les promeneurs souhaitant profiter des sentiers récemment aménagés pour le grand public.
En 2014, le point de blocage le plus important a définitivement été effacé : le pont a été entièrement repris et consolidé. En 2015, le contournement du village d’Eycheil a été réalisé et la route forestière qui parcourt le massif a été réhabilitée. Dès 2016, les coupes de bois vont reprendre sur les communes de Lacourt, Moulis et Eycheil : une bonne nouvelle pour la filière et les communes !

 

Arrout

La forêt communale d’Arrout est située au-dessus du village sur plus de 150 hectares. Dans les années 1970, une route d’accès à la forêt a été créée, puis une importante plantation de résineux a été réalisée en douglas, pin sylvestre et sapin pectiné.
L’exploitation était bloquée depuis 2002 à cause d’une dégradation de la route dans le village. 

Les actions menées pour résorber les points de blocage à Arrout
En lien étroit avec l’ONF, les services de l’État, le conseil général et le conseil municipal, différentes options techniques ont été étudiées.
Une réunion d’information a permis de discuter de l’avenir de la forêt communale avec les habitants et d’étudier les solutions envisageables. Une solution adaptée a été trouvée. Les premières coupes ont eu lieu en 2014. Ce sont environ 6 000 mètres cubes de bois qui ont été mobilisés à cette occasion, permettant ainsi d’améliorer la qualité du peuplement pour l’avenir.