Portrait N°9 : Les savons naturels d’Aline Marche

Le doux parfum du lait de chèvre

Le puzzle vagabond d’un imprévu mesuré.  Elle est frêle au premier coup d’œil et sa voix douce, le maintien délié et presque désinvolte. Mais il suffit d’être attentif à toute la précision qui habite sa parole et ses gestes, pour deviner qu’Aline Marche n’est pas sujette à l’improvisation. Pourtant, c’est par le hasard que tout aurait commencé. Toutefois, le paradoxe s’arrête là, car on devine assez vite que c’est elle qui a orchestré l’imprévu.

Aline vient d’Orléans. C’est une cavalière. De haras en haras, elle sillonne la France au gré de haltes et rencontres qui, on l’aura compris, répondent moins aux aléas du parcours qu’à sa boussole intime. Il ne faut donc pas voir la marque d’une péripétie quand elle fait étape en Vendée pour s’initier aux mystères du savon au lait d’ânesse…  avant de poursuivre sa route : « j’avais un Sud dans la tête », concède-t-elle. On la croit, et on la suit tant il est évident que sous ses airs de Passagère du Vent, elle met en place les pièces d’un puzzle dont elle ne connait peut-être pas encore l’exacte image. Peut-être.

Avec le compagnon qu’elle vient de rencontrer, son « Sud » la conduit naturellement vers les Pyrénées et, en 2014, « un coup de foudre », dit-elle, la saisit en Ariège ; au pied du Montcalm « parce qu’il est le plus haut ».

Le hasard, fruit d’une patience appliquée.  « Je voulais être là, EN montagne, et non pas la regarder depuis en bas ». Elle trouve à Lercoul l’endroit où installer une sérénité qui lui vient avec le sentiment d’avoir touché terre. Chez elle cette certitude renvoie à la conviction qu’elle continuera à avancer… depuis ici. Le couple adhère et participe à un projet d’ouverture paysagère, conduit par la mairie et le PNR.

Pour l’avenir, sur cette courbe pentue où la végétation galope, la question se pose à peine : des chèvres. Des « pyrénéennes », forcément. Mais avant que le troupeau ne s’étoffe et donne le lait nécessaire à une production fromagère Aline se souvient fort opportunément, un peu comme si elle s’y était préparée, qu’elle connait les secrets du savon au lait.

Anesse ou chèvre, à quelques ajustements près, le principe de la saponification est le même. Elle s’y applique. Forcément, elle réussit dans cette discipline alchimique où le hasard ne nait pas d’un coup de dés, mais se construit à force de patience appliquée. Ortie, miel, menthe, lavande… Des parfums simples, des emballages sobres. Pas d’effets. Des méandres de son long parcours, elle obtient  une vérité parallélépipédique.

Aline n’oublie pas la ferme et avec le même soin prépare l’après : 50 brebis manech et quelques vaches feront des fromages. On peut être certain qu’ils auront le goût d’une énergie heureuse. Sa vie est sur la voie du Sud dont elle rêvait. Elle et « sa » montagne se sont reconnus : ses savons naturels et 100 % bios ont obtenu la distinction « Valeurs Parc ». Radieuse, elle montre les étiquettes-label qu’elle vient de recevoir, comme d’autres le feraient d’un billet de train pour témoigner d’un long voyage.

Philippe MOTTA

Aline Marche-Dardant

Les Savons de Pyrène

09220 Lercoul

07.84.25.46.01  –  http://www.savonsdepyrene.com/ 

 

Retrouvez l’ensemble des portraits de la webchronique 1968-2018 Au-delà des utopies, portraits de ceux qui ont créé le futur (http://www.parc-pyrenees-ariegeoises.fr/visitez-le-parc/saveurs-et-artisanats-dici/webchronique-1968-2018-dela-utopies-portraits-de-ont-cree-futur/)