La Trame verte et bleue, c’est aussi la trame sombre

Actus du pnr juin 2019

Les communes s’engagent aux côtés du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises dans l’étude de l’impact de la pollution lumineuse

Le territoire du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises est reconnu pour sa qualité de vie et représente un réservoir pour la biodiversité avec de nombreuses espèces protégées. Cependant, la pollution lumineuse est un des phénomènes qui menacent cette richesse

L’étude sur les populations de chauves-souris est un indicateur pour évaluer l’impact des nuisances lumineuses. Les résultats permettront d’apporter des premières réponses et éventuellement de repenser l’éclairage en faveur de l’environnement, de l’économie mais aussi de la santé.

La pollution lumineuse : qu’est-ce que c’est ?

La pollution lumineuse est l’ensemble des effets indésirables causés par la lumière artificielle (lampadaires, enseignes, vitrines) sur l’homme, la faune, la flore et, plus généralement, les écosystèmes. Il s’agit d’un concept récent (19ème siècle) mais le phénomène s’est considérablement accru ces dernières années. Aujourd’hui, cela concerne 62% de la population mondiale et 99% du territoire français.

Quelles sont les conséquences de la pollution lumineuse ?

Sanitaires : altération du confort et du rythme circadien qui sont responsables de dépression, d’insomnies, de maladies cardiovasculaires et dans les cas les plus graves, de cancers.

Économiques : les dépenses énergétiques liées à l’éclairage public représentent près de 12% de la consommation d’électricité en France et jusqu’à 40% de la facture énergétique des communes.

Environnementales : en France, l’éclairage est responsable de 5% des gaz à effet de serre et représente une véritable barrière artificielle entrainant la mortalité de nombreuses espèces.

Des conséquences crépusculaires : 99% du ciel français est impacté par la lumière empêchant l’observation du ciel étoilé et nous oblige à vivre en permanence sous l’influence d’un halo lumineux.

 

Comment l’étude va-t-elle se dérouler ?

En étudiant l’activité des populations de chauves-souris qui sont des espèces protégées, fragiles et sensibles aux nuisances lumineuses, des premières conclusions pourront être apportées sur l’impact de la lumière sur la faune nocturne.

Pour cela, différentes communes qui se trouvent sur le territoire du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises (Tourtouse, Cazavet, Cadarcet dans un premier temps) ont accepté de participer à l’étude qui se déroulera en 3 phases successives.

Phase 1 : avant extinction, des enregistrements sonores des populations de chauves-souris seront réalisés afin d’établir un étant-zéro.

Phase 2 : en partenariat avec le SDE et en concertation avec les communes, l’éclairage sera coupé de 23h à 6h pour une période test de deux semaines à 1 mois.

Phase 3 : les enregistrements pendant la période d’extinction permettront la comparaison de l’activité et la réappropriation des territoires de chasse.

 

Pour plus d’informations, contacter Caroline LEHMANN, stagiaire au Parc, 05 61 02 71 69

Crédit photo : Romain SORDELLO